Dialogismes - David Christoffel
 

– Vous pensez bien.
– Oh oui je pense.


Plus tard

– On aura pas fait beaucoup.
– C'est déjà quelque chose.
– Encore.


Plus tard

– Et vous ?
– J'aime mieux ça.
– Ça fait qu'on est à un drôle de moment.
– Vous qui vouliez justement examiner !
– Oui, c'est sans doute pas encore assez précis.
– Rien vous empêche de voir le bout.
– (plus fort)  Mais si ça peut être sexy de faire la mouche.


Scène 2

– Vous avez le document.
– Oui, mais ce n'est qu'une hypothèse.
– C'est très bien, je préfère quand c'est comme ça.
– Ah bon et ba alors, je pensais pas.
– Peut-être donc la preuve que vous étiez dans l'vrai.
– Oui, mais j'suis pas sûr que j'aimerais, si ça devait m'arriver, de rester dans l'vrai.
– C'est pas là que j'voulais forcément en venir.
– C'est pour ça que vous avez toujours préféré mes conclusions.
– Je pensais pas, c'est vrai, c'est peut-être pas faux.
– Donc, pour conclure, je dis : le verbe « viander ».


Scène 3

– Maintenant, je propose qu'on procède moins scientifiquement.
– De toute façon, on n'est pas obligé de conclure à chaque fois. Ce n'est jamais que votre deuxième hypothèse.
– Dans ces conditions, je propose qu'on dise que vous êtes l'élément mâle.
– Comme quoi on parle bien tous de la même chose.
– Alors qu'on devrait pas ! Quand on pense que le castré se voudrait universel dans sa volonté de féconder.
– Faut-il maintenant que je considère qu'on est en train de me disputer ?
– On ne peut pas dire que je suis paternaliste alors que je m'évertue à faire des provocations.
– Il y a plus de choses qui dépendent de l'alimentation qu'on ne peut croire.
– Si vous pensez qu'on vous en veut, c'est qu'vous prenez les choses dans l'mauvais sens.
– Les nourritures qui vous font du bien, dépendent donc surtout de l'opinion que vous vous en faites.
– On disait pas ça pour vous faire du mal.
– Ne pas se plier à des contraintes peut être fatal ou conduire à détourner les nouveaux procédés. Détecter les contraintes précédentes, ainsi de suite.


Scène U

– On voit que les questions de digestion ont pris une drôle d'importance aujourd'hui.
– J'étais allongé au moment où je m'suis posé la question.
– C'est pour ça que le divan est un contexte qui ne peut pas  apporter des solutions à tout l'monde.
– Il y a tout d'même des positions plus favorables quand on a mangé des choses difficiles à digérer.
– Par contre, l'estomac n'est pas le critère quand il faut voir les choses plus largement.
– Tout l'monde n'est pas aussi optimiste au moment de digérer.
– Quand je m'allonge, je n'suis pas toujours en train d'appliquer une méthode.
– D'autant que, si vous savez faire, ça change tout.
– Ce qui ne veut pas dire que je ne peux pas m'entendre avec les gens qui ont fini de manger.
– Alors que vous aimez bien critiquer les gens qui se sont levés avant d'avoir fini de digérer.
– C'est vrai qu'on ne va pas manifester l'estomac vide.


Scène X

– C'est-à-dire qu'après, c'est quand on pense à la suite qu'il va falloir faire une différence.
– Si on fait sans trop y penser, c'est toujours pareil. Mais si ça dépend des capacités, c'est pire.
– Alors là, on doit pouvoir imaginer des lois qui permettent même, des généralités sur les individus plus ou moins féroces.
– Ceux qui n'avaient pas pensé sont alors ceux qui préfèrent commencer par définir la férocité.
– À partir de là, on peut avoir des généralités individuelles pas du tout féroces.
– Ce sont souvent les mêmes que ceux qui sont doués et pires les uns par rapport aux autres.
– Et comme ils se multiplient, ils se pressent et se croient plus différents les uns que les autres, quitte à préférer s'abaisser pour le montrer.
– Et maintenant qu'ils sont beaucoup en bas, il se définissent énormément et peuvent se trouver féroces très différemment.
– ?!


Scène b1

– L'avantage, c'est qu'on peut se nourrir de ces diverses expériences.
– Ce n'était pas forcément fait pour ça, mais tant mieux si chacun ressort plus avancé. Ce n'est pas l'objet et les bienfaits ne sont pas tous inconséquents.
– On peut se demander qu'est-ce qui, à un moment donné, a pu les rendre décisifs.
– Alors qu'on peut aussi avoir une idée vague et mieux adaptée sans se demander.
– Parce que décisif ne veut pas toujours dire influent.
– Il n'y a qu'à voir comment le mâle s'est imposé. Tous leurs morts ne sont pas aussi attractifs. D'où la préférence pour les systèmes qui laissent le choix de la direction.
– On est plus heureux quand on arrive quelque part sans que la direction ait été bien convenu entre les participants.
– Les dispositions viscérales sont plus évolutives quand les environnements sont moins ergonomiques. Suffirait que le principe devienne décisionnel pour que le mâle couve par plaisir.

David Christoffel - Paris - 15 Septembre 2010
Nouveau modèle de société - David Christoffel
 

Un : Je ne crois. Absolument pas. Qu'il faudrait.
2 : Vous avez. Tout à fait raison. De ne pas.
Un : Cela dit. Cela n'empêche pas.
2 : J'entends bien. Sortir de mes gonds.
Un : Et manger de la viande.

Ils changent de place. Puis,

Un : La nuit suivante,
2 : Vous avez bien fait de partir.
Un : Non mais j'hallucine !
2 : Alors que. Je n'ai pas qu'ça à faire.

Ils changent de place. Puis, plus vite,

Un : Si j'étais une bougie.
2 : Gagner la tombola.
Un : Ce que j'aime dans les aspirateurs.
2 : Repasser sa chemise.
Un : Admirer le déroulement.
2 : Jouer du piano.
Un : Tout ça pas trop longtemps.
2 : Manger de la viande.

Ils changent de place. Puis, calmement,

2 : Je ne voudrais pas non plus.
Un : Vous faites comme vous voulez.
2 : Je préfère rester comme ça.
Un : Vous pouvez retirer votre chemise.
2 : De quand date votre excitation ?
Un : Enfin une question !! (1 temps)
Je ne vais pas dire que j'attendais.
Mais je pouvais pas faire plus
tant que c'n'était pas possible.
Et quand on comprend bien ça,
on peut s'apercevoir...
2 : J'adore quand vous dire « Deuxièmement »
Un : En quoi je ne voudrais
justement pas insister.
2 : Parce que vous préférez.
Un : Canaliser l'énergie.
2 : J'aime aussi. Sortir de mes gonds.
Un : Et manger de la viande.

Ils reprennent la voix du début.

Un : Et quand on comprend qu'une chose s'est passée,
on sait qu'il va falloir envisager qu'il puisse y avoir un moment,
on devrait pas nécessairement se mettre dans une position d'attente.
2 : Et c'est déjà tout c'qu'on peut faire à 2 ?!
Un : C'est toujours un peu réducteur bien sûr.
C'est-à-dire qu'après. Il y a la question des voyages.
2 : À quoi j'ai toujours pensé qu'il valait mieux
lui associer les troubles de renoncement.
Un : Ah !
2 : Oui.
Un : Bon.
2 : Voilà.
Un : Et ?
2 : On n'est pas obligé de rester debout.
Un : Il y en a qui n'se rendent pas compte qu'ils ont un corps.
2 : Il faut manger des légumes aussi.
Un : On voit bien l'genre de ceux à dire des choses comme ça.
2 : Tout cela qui n'oblige à rien.

Ils s'asseoient à moitié, plus vite,

Un : Je n'sais pas bien encore c'que j'veux.
2 : Il y a des machines qui font ça très bien.
Un : Voilà. C'est justement c'que j'voulais vous demander.
2 : En plus, on sait jamais c'qui peut arriver,
parce que ça augmente sans cesse.
Un : Et quand peut-on mieux apprécier
d'avoir de moins en moins l'temps, donc ?!
2 : C'est aussi tout l'avantage d'avoir une procédure.
Un : Sans pouvoir l'expliciter davantage.
2 : Regardez par ailleurs des paramètres que vous n'imaginez pas.
Un : C'est vrai, l'importance des protéines, je n'imaginais pas.
2 : Voyez au moins que 2
Un : moments de savoir tout c'qu'on
2 : Pouvait imaginer à parti de
Un : deux ne devraient pas être le seul
2 : paramètre et ne veut pas dire
Un : alimentation.

Arrivée triomphale d'Alimentation.

Al. : Justement, j'allais arriver.
2 : J'avais tout fait pour qu'il
Un : Bien.
Al. : Ah !
2 : Oui.
Un : Mais.

Un se lève et s'aligne à Al.

Un et Al. : De quoi Pas toi Iko Nawa Dis-donc En plus Gagner Tout plein J'ai pas Voulu Mytho Avec L'info D'hier Et puis Tu vois.
2 : Maintenant, je doute que la majorette y puisse grand-chose. (1 temps)
Ce n'est pas un sujet auquel je suis tout à fait insensible. (1 temps)
Je m'demande même si les gens qui aiment les chiens
ne sont pas plus en mesure de comprendre. (1 temps)
On peut aimer les majorettes et se trouver embarrasser avec ses sentiments.

David Christoffel - Paris - 12 Octobre 2010