Monsieur, maintenant, Monsieur - Olivier Bardoul
 [un écho ici, et ici]

A — Monsieur, prenez place ici, je vous prie.
A — Faites comme chez vous, Monsieur.
A — Asseyez-vous, un instant, je suis à vous, Monsieur.
A — Oui, Monsieur, bien entendu, nous allons donner suite. Attendez là s’il vous plaît.
A — Votre tour viendra, Monsieur, n’ayez crainte.
A — Vous êtes le profil même de celui que nous recherchons. Ne vous l’a-t-on pas encore dit, Monsieur ?
A — Un instant, on va vous recevoir.
A — Patientez encore … encore quelques minutes. Vous savez ce que c’est.
A — Tout va bien se passer, entendons-nous bien, c’est votre tour bientôt, je vous le promets.
A — Vous ne serez pas mal loti ici, vous savez.
A — Tout de suite, je vous tiens informé.
A — Ici, maintenant, c’est le moment, vous êtes prêt, vous ? Accordez-nous une ou deux minutes et …
A — Oui ! Un moment je vous prie.
A — Vous pouvez vous rasseoir, vous serez averti, on va vous prendre en charge, n’ayez crainte.
B — Monsieur, oui vous Monsieur, vous attendez depuis un moment déjà. C‘est vous n’est-ce pas ?
B — S’il vous plaît, ne restez pas dans le hall, passez à coté, je vous prie. On va vous recevoir, incessamment sous peu.
B — Que puis-je faire pour vous ? Vous attendez et ? Un instant s’il vous plaît. Oui, j’écoute ?
Bien Madame, voilà qui est intéressant, nous allons pouvoir en discuter. Merci bien, ne quittez pas.
B — Monsieur, Monsieur ! Je suis à vous le temps de traiter cette affaire au téléphone.
Surtout ne vous impatientez pas, Monsieur.
B — Voilà, je vous l’assure, nous allons vous recevoir dès que possible.
B — Asseyez-vous, Monsieur. Allô …
C — Monsieur, Monsieur, permettez moi, Monsieur …
C — Ça fait un moment n’est-ce pas ? Dites-moi ?
C — Permettez… un conseil, détendez-vous, ça vous aidera à temporiser.
C — Vous attendez depuis longtemps ?
C — Décontractez-vous, Monsieur. Je disais ça …
C — Maintenant …
C — Si vous voulez, Monsieur, parlons-en.
C — Oui, je vois … vous souhaitez une réponse, cet entretien a de l’importance à vos yeux, je n’en doute pas.
Un conseil : Soyez patient !
C — Et depuis quand déjà ?
C — Depuis si longtemps, vraiment ? Je comprends.
C — Comme vous voulez mais il faut être patient. Vous savez oh combien aujourd’hui les places se raréfient.
C — Avez-vous essayez de vous adresser à côté ? La concurrence, oui ! Ils pourront au moins vous renseigner.
C — … vous donner l’opportunité, qui sait ? Ils trouveront bien un moment.
B — Monsieur, permettez, Monsieur !
B — On va vous recevoir, c’est entendu.
B — Maintenant, là, c’est difficile de vous dire dans combien de temps exactement.
B — Comme vous voulez, Monsieur, bien, Monsieur. C’est bien normal, Monsieur. En effet … naturellement, Monsieur.
A — Monsieur, vous partez, Monsieur ? Vous êtes attendu pourtant.
B — Oui mais … Monsieur patiente depuis …
A — Plus pour longtemps, Monsieur, détendez-vous.
A — Vous avez un profil épatant, ça ne devrait plus tarder, bientôt, vous savez.
B — C’est aussi mon avis.
B — Et si vous attendiez dans le hall un instant. Non ? Vous n’avez pas le temps, vraiment ?
A — Comme vous voulez. Mais je serais à votre place … maintenant, à vous de voir.
B — Même plus un moment à nous accorder là ? Comme c’est dommage.
A — Plus pour longtemps longtemps maintenant … pourtant.
B — Bien, dans ce cas repassez nous voir, Monsieur, nous étudierons votre proposition avec grand intérêt, vous savez.
B — Quand nous serons plus à même de vous recevoir. Excusez-nous encore, et soyez patient, à bientôt, Monsieur.

Olivier Bardoul - Nantes - 29 Mai 2009