On peut à présent remettre le flag start sur vrai - Stéphane Gantelet & Françoise Valéry


 

Contexte :

• 38 pages de Mille plateaux de Gilles Deleuze et Félix Guattari, le chapitre intitulé Le lisse et le strié. Transposition dans le cadre d’une collaboration artistique. Angle d’attaque, note d’intention : Partir d’un espace vide que l’on viendrait saturer en cherchant à le connaître au point de le rendre illisible.

 

 

Dispositif :

• Un jeu vidéo présente un espace 3D dans lequel flotte un œuf. Cliquer sur le bouton « strier » en bas à droite de l’écran génère une constellation d’œufs. Cliquer sur un œuf génère un nouvel œuf et une ligne apparaît, reliant dans l’espace les œufs déjà activés. Une constellation se dessine donc à l’écran, jamais la même car créée par le joueur. Chaque clic libère un enregistrement vocal qui se superpose au précédent en fonction de la vitesse du clic et du nombre d’œufs qui occupent l’espace. On fait le tour du jeu en huit constellations d’envergure croissante, jusqu’à l’implosion finale.

 

 

Pour lire/jouer en plein écran sur son ordinateur il faut télécharger le fichier :

Ici :« On peut à présent remettre le flag start sur vrai »
• Ou jouer directement dans cette page web (qualité d’image inférieure), ici : « On peut à présent remettre le flag start sur vrai »

 

 

Tissage texte/proposition :

• Ce dispositif permet d’intégrer une notion de rythme à la lecture ainsi qu’une forme visuelle qui dépend du lecteur. Ce dernier est impliqué de telle sorte que si il ne fait rien l’espace reste vide et que, au contraire, son action strie l’espace de manière sonore et visuelle selon la fréquence de ses clics. En même temps qu’un dessin de constellation apparaît, l’idée de la connaissance de l’univers que la cartographie accrédite est contredite dans le temps par la complexité visuelle du dessin, à la limite du lisible, et par la superposition de paroles qui deviennent incompréhensibles et demeurent des questions sans réponses. Le reset engendre un cycle de recommencements, ainsi quelque chose de l’ordre de la mer et plus précisément de la vague est à l’œuvre. Le dispositif est complété par la publication du code complet du jeu, augmenté des commentaires de Stéphane Gantelet donnant à ce texte destiné à la machine une traduction en langue française (à lire : ici). Il devient dès lors possible de lire ce que lit la machine. Une forme « pensée » du jeu devient intelligible, livrée à un double « striage » d’ordre abstrait : un pour la machine dans sa langue et un autre pour le lecteur dans la sienne. De leur côté les paroles semblent articulées par une voix étrangère dotée d’un accent, ils s’agit en fait de transcriptions phonétiques prévues pour faire prononcer le « français pour le voyage » à un anglophone, sélectionnées et prononcées ici par Françoise Valéry. Le texte original en phonétique est livré (à lire : ici) et vient parfaire le dispositif en opérant une traduction inversée de la lecture audio. La publication du texte fonctionne en miroir avec la publication du code.



 


 

 

 

Genèse :

• Le motif de l’œuf est venu de la rencontre de Françoise Valéry avec une planche encyclopédique ancienne détaillant la diversité des œufs dans la nature. Pour transposer les espaces et les notions décrits dans le chapitre de « 1000 plateaux » à l’espace virtuel, il nous a paru intéressant de choisir une base visuelle détournée de la représentation classique de l’univers. De son côté, Stéphane Gantelet à fait un travail de peinture directement sur les œufs virtuels à l’aide d’un outil de peinture 3D qui s’éloigne à son tour de la texture des œufs de la planche originale. Le décor dans lequel se joue le jeu est aussi une sorte d’encyclopédie, pièce d’une villa antique aux murs ornés d’une fresque qui représente les plantes et oiseaux présents dans la région de Rome en 30 avant JC. C’est aussi l’occasion de se détourner une nouvelle fois de la représentation classique de l’espace infini. Entre ces 4 murs, l’espace créé est à la mesure d’un œuf.



 

 

 

Crédits :

• 98 enregistrements vocaux : Françoise Valéry; 495 lignes de code : Stéphane Gantelet; Arrière plan villa di Livia au Palazzo Massimo à Rome : http://www.rome-roma.net/villa-di-livia-palazzo-massimo.

En écho à Mille Plateaux, plateau 14 - Stéphane Gantelet & Françoise Valéry - 23 Mars 2015